Ma pharmacie Dynaphar

Recherchez votre pharmacie (Nom, Pharmacien, Ville, Code postal)

Newsletter

Inscrivez-vous

A intervalle régulier, Dynaphar vous fera parvenir des informations intéressantes. Voici un exemple de newsletter...

En savoir +

Magazines Dynaphar


 


 

CURCUMA - Le curcuma, le nouvel anti-inflammatoire naturel


[21-04-2017]

Le curcuma est utilisé depuis des siècles dans la cuisine asiatique pour renforcer la saveur des aliments et les conserver. La poudre de curcuma est l’ingrédient principal du curry. Elle dégage une saveur poivrée et amère. Cette plante, de la même famille que celle du gingembre, est également utilisée depuis de longues années pour soulager toutes sortes de plaintes gastro-intestinales.
En effet, le curcuma favorise la production de bile par le foie et stimule sa sécrétion dans l’intestin.
Ses propriétés anti-inflammatoires révélées plus récemment font désormais l’objet d’un nombre croissant d’études scientifiques.
Le curcuma serait-il en passe de devenir le nouvel anti-inflammatoire ? Une chose est sûre, les dernières études évaluant ses propriétés anti-inflammatoires apportent des résultats plus qu’encourageants.
La racine du curcuma contient un ensemble de substances appelées « curcuminoïdes » dont la curcumine est la plus importante. Elles possèdent des propriétés antioxydantes remarquables ainsi que des propriétés anti-inflammatoires très complètes. Ceci explique un certain nombre d’indications médicinales notamment dans le traitement des maladies chroniques comme l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde ou les maladies inflammatoires de l’intestin… Par rapport à un anti-inflammatoire classique, le curcuma présente l’avantage de ne pas entraîner d’effets secondaires. Il peut donc être utilisé à plus long terme, ce qui offre un certain avantage dans le traitement d’une maladie chronique comme l’arthrose. L’observation clinique relevée par des centaines de médecins montre que la prise de curcuma réduit la douleur et le handicap chez des personnes arthrosiques. Elle permet également de diminuer la prise d’anti-inflammatoires classiques.
Néanmoins, la curcumine étant très faiblement absorbée dans l’intestin, il faut, pour avoir une activité anti-inflammatoire efficace, utiliser une curcumine bio-optimisée (qui passe dans le sang). Celle-ci est obtenue par une technique de préparation particulière.

Faut-il rappeler que l’inflammation est impliquée dans de nombreuses maladies et qu’elle est de plus en plus présente avec le vieillissement ?
Grâce à l’action anti-inflammatoire étendue du curcuma, l’inflammation peut donc désormais être maîtrisée efficacement avec une sécurité optimale.
Il est clair désormais que le curcuma joue un rôle clé dans la prise en charge des maladies inflammatoires.

Inhaler avec un nébuliseur


[17-02-2017]

Mode d’emploi

Votre médecin vous a prescrit des séances de nébulisation pour votre traitement. Le nébuliseur ou aérosol est un appareil électrique qui vous permet d'inhaler des médicaments.Pour cela, le médicament est dilué dans un liquide. Ensuite, l'appareil transforme la solution en brume que vous inhalez via un embout ou un masque. Ainsi, le médicament arrive directement dans vos poumons. Pour que votre traitement soit efficace, il est essentiel de respecter certaines consignes pour bien utiliser votre aérosol. Il est également important de bien entretenir votre appareil pour maintenir la qualité de votre traitement. Le respect de quelques règles élémentaires d’hygiène permet d’éviter les risques d’infection et de maintenir le bon fonctionnement du système de nébulisation.

Comment se déroule une séance de nébulisation ?


Préparation de la solution

 

  • Lavez soigneusement vos mains à l’eau et au savon.
  • Préparez la solution juste avant usage dans le petit récipient du nébuliseur.
  • Ajoutez du sérum physiologique pour obtenir le volume minimum nécessaire. Utilisez des solutions stériles et à température ambiante.
  • Si plusieurs médicaments doivent être inhalés en même temps, veillez à placer dans le petit récipient uniquement les médicaments qui peuvent être mélangés ensemble (compatibles). Si nécessaire, consulter votre médecin ou votre pharmacien !

Pendant la séance

  • Placez l’appareil sur une surface horizontale.
  • Asseyez - vous confortablement.
  • Placez l’embout buccal entre les dents sans le mordre et fermez les lèvres autour ou placez le masque devant le nez et / ou la bouche.
  • Veillez à garder le nébuliseur en position verticale. Mettez l’appareil en route.
  • Respirez en inspirant lentement par la bouche, retenez votre respiration pendant 5 secondes et expirez doucement. N’expirez pas dans la direction du compresseur pour éviter qu’il ne s’encrasse.
  • Ne parlez pas pendant la séance. Si une pause est nécessaire, arrêtez l’appareil et retirez l'embout ou le masque.
  • La séance de nébulisation dure généralement une dizaine de minutes.
  • Poursuivez la séance jusqu’à une minute après la fin dela pulvérisation (changement de bruit, "crachotements").
  • Arrêtez l’appareil. Une petite quantité de liquide peut rester dans la cuve de nébulisation. Elle doit être éliminée !
  • Rincez - vous la bouche avec de l’eau (gargarisme). Ne pas l’avaler !

Astuces


  • N’utilisez pas d'eau distillée (pure) pour diluer la solution de médicament. Cela peut être irritant.
  • Avant chaque usage : mettez l’appareil en route pendant quelques secondes pour éliminer l’humidité éventuellement présente dans la tubulure.
  • Si vous utilisez un masque, rincez la peau (autour de la bouche, du nez) pour éviter toute irritation !
  • En cas de toux importante ou de bronchospasme, stoppez la séance et consultez votre médecin ou votre pharmacien.
  • Veillez à ce que votre technique d'inhalation soit régulièrement contrôlée par un médecin, un kinésithérapeute, un infirmier ou un pharmacien.

Attention !

Chez les patients atteints de mucoviscidose, il est essentiel d’éviter toute contamination du système de nébulisation. L'entretien du nébuliseur demande une attention toute particulière. Les différentes parties seront nettoyées après chaque usage et désinfectées chaque jour.

Source : APB Service Projets Scientifiques CDSP

 

 


LYME - La maladie de Lyme


[31-07-2015]

Il est nécessaire d'être prudent que ce soit dans les jardins, les parcs, les forêts ou dans les dunes. Dans les endroits les plus recherchés, là où nous aimons passer notre temps libre ou nos vacances, se cachent toutes sortes de parasites qui ne sont pas particulièrement nos amis. La tique est l'un d'entre eux ! La période de reproduction est fortement dépendante des conditions météorologiques et elles sont certainement présentes d’avril à septembre. Souvent sans le remarquer, nous sommes mordus par une tique et certaines tiques sont porteuses de bactéries qui peuvent provoquer des infections dont la maladie de Lyme.

Qu’est ce qu’une tique?


Une tique est un petit arthropode (arachnide), parasite noir qui, pour se nourrir, transperce la peau de son hôte et lui suce le sang. En Europe, seuls les tiques dures (Ixodes ricinus) présentes dans les bois ou sur les animaux (chiens, chats ou autres), peuvent transmettre des maladies aux humains.

Qui peut contracter la maladie de Lyme?


Quiconque ayant été mordu par une tique peut théoriquement attraper la maladie de Lyme. Il est possible d'être infecté plusieurs fois. La maladie de Lyme n’est pas transmise de personne à personne ou de l'animal à l'homme.
Toutes les morsures de tique ne sont pas contagieuses, seulement 20% des tiques en Europe sont infectés. Une tique doit rester coller au moins 12 heures sur la peau pour qu’il y ait transfert de bactéries mais il n’y a pas toujours infection.


Que pouvez-vous faire pour prévenir la maladie de Lyme ?


- Si vous allez dans les bois, en particulier là où la végétation est dense, vous pouvez vous protéger avec des manches longues, des pantalons longs et des chaussures fermées.
Dans les forêts, par respect pour la nature, restez sur les sentiers et ne marchez pas sur les arbustes et les plantes, car il pourrait y avoir des tiques.

- Certains insectifuges (DEET, ...) peuvent vous protéger environ 4 heures. Répétez donc l’application lors de longues promenades et appliquez le produit sur toutes les parties du corps non couvertes.

- Après la marche, vérifiez que vous n’avez rien sur le corps.

Que devez-vous faire en cas de morsure de tique?


Ne paniquez pas : quelques mesures simples après une promenade de santé dans les bois peuvent déjà réduire de façon significative le risque d'infection comme supprimer toutes les tiques présentes sur la peau dès que possible car plus longtemps une tique reste sur la peau, plus le risque d'infection par des bactéries pathogènes est grand.

Tenez compte des différentes étapes

1. Pour enlever les tiques, certains produits tels que la vaseline, le vernis à ongles, l'alcool, l'éther sont déconseillés. Le risque d'infection augmente car la tique va libérer le substrat potentiellement pathogène et ne s’endormira pas !
2. Retirer la tique à l'aide d'une pince à épiler ou un tire-tique mais faites en sorte d'avoir la tête de la tique entre les pinces et pas uniquement le corps gorgé de sang.
3. Tirez doucement pour enlever toute la tique de la peau sans l'écraser. Le fait de prendre un bain chaud ou une douche chaude peut aider à retirer la tique plus facilement.
4. Bien vérifier la peau,
5. Désinfecter la plaie et les pincettes avec un désinfectant (alcool à 70 °, Hibidil, Diaseptyl ...) et bien se laver les mains.
6. Dans un journal noter la date de la morsure et l’endroit probable de l'infection.


Surveiller les signes cliniques tels que :

Le plus commun :
- 3 jours à 3 mois après la morsure : la formation d'une tache rouge, en forme d'anneau à l’endroit même de la morsure, des symptômes pseudo-grippaux (maux de tête, maux de gorge, fatigue, fièvre, ...), l'éruption circulaire typique sont les signes les plus visibles d'une maladie de Lyme naissante et sont une raison suffisante de consulter votre médecin de famille.

Les signes d’une maladie de Lyme plus envahissante sont les suivants :
- quelques semaines ou quelques mois après la morsure : douleur dans les bras ou les jambes, tête penchée causée par une paralysie musculaire, vision double, arythmies cardiaques, ...
- Des mois à quelques années après la morsure : douleur ou gonflement d'une ou plusieurs articulations, maladie chronique de la peau sur les bras et/ou les jambes, le syndrome de fatigue chronique (SFC), ....

Comment traiter ?

Un traitement par antibiotiques aura pour effet une guérison plus rapide et réduira les désagréments pour le patient ainsi que le risque de complications ultérieures. Il n'y a pas actuellement de vaccin pour la prévention de la maladie de Lyme.

Ellipta - instructions d'inhalation


[14-06-2015]

L’inhalation de médicaments est le mode d’administration le plus efficace pour traiter les affections pulmonaires. Une bonne technique d’inhalation est primordiale pour la réussite du traitement. Suivez soigneusement les recommandations ci-dessous pour qu’une quantité suffisante de médicament parvienne au bon endroit dans vos poumons.

Instructions d’inhalation

  1. Tenez votre inhalateur en position verticale
  2. Ouvrez complètement le couvercle de protection jusqu’à ce que vous entendiez un ‘clic’. Vérifiez que le compteur de doses a bien reculé d’une unité.
  3. Expirez calmement et profondément, à distance de l’Ellipta®.De cette façon, vous évitez d’humidifier l’intérieur de l’appareil et de souffler la poudre vers l’extérieur.
  4. Après avoir expiré profondément, tenez la tête droite. Placez l’embout buccal entre les dents et serrez-le bien entre les lèvres. Faites attention de ne pas boucher la grille d’aération ! Les voies respiratoires se trouvent ainsi bien alignées, ce qui permet de limiter la quantité de médicament qui se dépose dans la gorge.
  5. Inspirez le plus profondément et le plus énergiquement possible. Faites attention de ne pas inspirer par le nez.
  6. Retirez l’inhalateur de la bouche. Retenez votre respiration durant 5 à 10 secondes, puis expirez lentement. Il est possible que vous ne sentiez pas que vous avez inhalé la poudre, mais si vous avez bien suivi le mode d’emploi, vous pouvez être sur que le médicament a bien atteint vos poumons.
  7. Replacez votre inhalateur en position verticale et refermez entièrement le couvercle.
  8. Si vous devez inhaler une deuxième dose, attendez une minute avant de commencer l’inhalation. Répétez les étapes 1 à 7.
  9. Rincez-vous la bouche après l’inhalation. Gargarisez de préférence deux fois et recrachez l’eau de rinçage. Ainsi, le médicament ne reste pas dans la bouche. Ceci permet d’éviter des effets indésirables comme l’enrouement ou une infection de la gorge.

Remarques

 

  1. Assurez-vous que le couvercle est entièrement fermé avant chaque utilisation.
  2. N’expirez jamais dans l’appareil. 
  3. Vérifiez le nombre de doses restantes dans la fenêtre du compteur de doses. 
  4. Si le couvercle est ouvert et fermé sans que le médicament soit inhalé, la dose est perdue. Cette dose reste dans l’inhalateur, mais ne peut plus être inhalée. Il n’est donc pas possible d’inhaler plus de produit ou une double dose par accident.
  5. Conservez l’appareil dans un endroit sec.
  6. Normalement, il n’est pas nécessaire de nettoyer votre inhalateur. Si nécessaire, vous pouvez utiliser un linge ou un tissu sec. N’utilisez jamais de l’eau ou d’autres liquides.

Source : APB - Service Projets Scientifiques - mai 2014

 


NEXThaler - conseils d'utilisation


[25-02-2015]

Comment utiliser le NEXThaler® ?


  1. Ouvrir
    Ouvrez complètement le couvercle (rose) de protection jusqu’à entendre un ‘clic’. Ce simple mouvement charge automatiquement la dose exacte et le NEXThaler® est ainsi prêt à l’emploi.

  2. Inhaler
    Avant de commencer, expirez calmement le plus profondément possible (mais pas à travers le NEXThaler®) !
    Amenez ensuite le NEXThaler® à votre bouche et inspirez fortement et profondément; vous entendrez alors un ‘clic’. Après l’inhalation complète, retirez le NEXThaler® de votre bouche. Retenez encore votre respiration pendant quelques secondes et expirez ensuite calmement.

  3. Fermer
    Lorsque vous avez fini, refermez le couvercle de protection. Ceci active le compteur de doses et protège l’embout buccal.
    Chaque fois que vous utilisez correctement le NEXThaler®, la dose que vous venez de prendre est soustraite du nombre total de 120 doses sur le compteur.

Visionner la vidéo

Comment cela fonctionne ?


Le NEXThaler® est un inhalateur qui libère des particules de poudre extrafines. La poudre est protégée de l’humidité par la présence d’un agent dessiccateur.

Chaque ouverture de NEXThaler® met à disposition la dose exacte pour l’inhalation. Le dispositif empêche en même temps la libération prématurée de la dose (grâce au protecteur de dose).

Le processus de libération de la dose est activé par l’inhalation. La poudre est libérée dans la chambre du cyclone où les tourbillons permettent la désagrégation de la poudre en particules extrafines. Ces particules extrafines peuvent ainsi atteindre les grandes et les petites voies respiratoires.

Lorsque la dose complète a été libérée, le compteur de doses est activé et indique le nombre de doses encore disponibles.

Le NEXThaler® peut être conservé six mois après sa première ouverture.

Visitez le site NEXThaler® pour plus d'informations

Source : Chiesi




Respimat - usage au quotidien


[19-02-2015]

Respimat - usage au quotidien

consignes


1. Tenez l’inhalateur droit avec le capuchon fermé. Tournez la base transparente dans la direction des flèches rouges imprimées sur l’étiquette, jusqu’à entendre un déclic (demi- tour).

 

 

 

 

 

 




2. Ouvrez le capuchon jusqu’à ce qu’il s’ouvre complètement avec un claquement.

 

 

 

 

 

 

 


3. L’inhalateur est maintenant prêt à l’‘emploi.


1. Expirez lentement et complètement, mais pas dans l’inhalateur.

2. Placez l’embout buccal entre les dents et fermer vos lèvres autour sans recouvrir les prises d’air. 


 

 

 

 

 

 


 


3. Inspirez lentement et profondément par la bouche, puis appuyez sur le bouton de libération de la dose en inhalant. Continuez d’inspirer lentement aussi longtemps que vous le pouvez.


4. Maintenez votre respiration pendant 10 secondes ou aussi longtemps que vous le pouvez sans être gêné, puis enlevez l’inhalateur de votre bouche.


5. Expirez lentement et fermez le capuchon.


6. Refaire une seconde inhalation pour recevoir la dose complète, en recommençant à partir du premier point du traitement quotidien.


Cliquez ici pour télécharger ce document ( Usage_au_quotidien.pdf )

Cliquez ici pour voir la vidéo

Source: Boerhinger Ingelheim



 

Respimat - préparation pour la première utilisation


[19-02-2015]

Préparation pour la première utilisation

1. Gardez le capuchon fermé, appuyez sur le cliquet de sécurité et retirez la base transparente.






















2. Sortez la cartouche de l’emballage. Poussez l’extrémité la plus étroite de la cartouche dans l’inhalateur jusqu’à ce qu’elle s’enclenche. Tenez l’inhalateur en position verticale et poussez fermement le fond de la cartouche contre une surface solide afin d’assurer qu’elle pénètre au maximum dans l’inhalateur. 

 

 





3. Ne retirez pas la cartouche lorsqu’elle a été insérée dans l’inhalateur.

 

 







4. Remettez en place la base transparente et ne la retirez plus.

 

 

 

 

 


5. Maintenez l’inhalateur en position verticale avec le capuchon fermé. Tournez la base transparente dans la direction des flèches rouges imprimées sur l’étiquette, jusqu’à entendre un déclic (demi-tour)

 

 

 

 



6. Ouvrez le capuchon jusqu’à ce qu’il s’ouvre complètement avec un claquement. 

 

 

 

 

 




7. Dirigez l’inhalateur vers le sol. Appuyez sur le bouton de libération de la dose et fermez le capuchon.

 

 

 

 

 




8. Répétez les étapes 5 à 7 jusqu’à ce qu’un nuage soit visible. Renouvelez l’opération 3 autres fois
.
9. L’inhalateur est maintenant prêt à l’emploi.

10. Lorsque l’indicateur (flèche rouge) entre dans la zone rouge de l’échelle, il reste environ sept jours d’utilisation. C’est le moment où vous devez penser à renouveler votre inhalateur. Lorsque l’indicateur de dose aura atteint la fin de l’échelle rouge, l’inhalateur sera vide, se bloquera automatiquement et sera prêt à être jeté.



 

 Cliquez ici pour télécharger ce document ( Préparer l'inhalateur pour le premier usage.pdf )

Cliquez ici pour voir la vidéo

Source : Boehringer Ingelheim


Migraine - Mal de tête ou migraine?


[27-05-2013]

Simple céphalée ou migraine, en quelques questions simples, faites la différence!

Quel type de maux de tête avez-vous?

Comment se manifeste le mal de tête?

A. douleur unilatérale
B. douleur bilatérale

La douleur augmente-t-elle lorsque vous vous baissez, lorsque vous toussez ou lorsque vous fournissez un effort physique?

A. oui
B. non

Comment ressentez-vous la douleur?

A. pulsative
B. oppressante ou lancinante

Êtes-vous sujet à des nausées ou des vomissements lorsque vous avez des maux de tête?
A. oui
B. non

Pouvez-vous difficilement supporter la lumière forte (soleil, lampe) lorsque vous avez des maux de tête?

A. oui
B. non

Êtes-vous sensible au bruit lorsque vous avez des maux de tête?

A. oui
B. non

Souffrez-vous de troubles visuels, d’une sensation de fourmillements ou d’engourdissement dans les bras et dans les jambes avant d’avoir des maux de tête?

A. oui
B. non

Évaluation

L’évaluation donne à titre indicatif les origines des troubles, mais ne peut en aucun cas remplacer un diagnostic précis de votre médecin. Apportez vos réponses et votre évaluation personnelle lors de votre prochaine visite chez le médecin.

Vous avez essentiellement coché A?

Vos troubles indiquent probablement une migraine. La migraine se caractérise par une douleur pulsative, unilatérale, qui peut être aggravée par un effort physique. La plupart des patients migraineux se plaignent également de nausées et de sensibilité au bruit et à la lumière.

Vous avez essentiellement coché B?

Le mal de tête peut avoir plusieurs origines corporelles ou psychiques. Des substances toxiques comme l’alcool, la nicotine, la caféine peuvent être des éléments déclencheurs, mais le stress, le surmenage, le mauvais air, la sensibilité aux changements de temps, le manque de sommeil, une forte tension nerveuse dans la nuque ou une mauvaise position du corps peuvent également y jouer un rôle. Si vos maux de tête apparaissent régulièrement ou durent longtemps, votre médecin doit évaluer précisément quelles en sont les causes. Seul un médecin peut établir un diagnostic précis.

Source : http://antidouleur.be

AEROSOLS - Courte introduction, ce que vous devez absolument savoir


[08-04-2013]

Une toux qui persiste ou une bronchite trop profonde nécessite parfois le recours à un aérosol comme méthode de soins. En location dans les pharmacies, ces appareils permettent une brumisation des médicaments au cœur des foyers infectieux.

L'hiver approche à grands pas et avec lui son lot de petites ou grosses infections respiratoires. Celles- ci sont de deux types soit supérieures (sinusite, angine, otite, laryngite, pharyngite, grippe, rhume) soit inférieures (bronchite, pneumonie). Les premières sont plus fréquentes, les deuxièmes plus dangereuses. Le médecin prescrira parfois des médicaments qui seront dispensés par aérosol.

Comment ça marche?


Le principe de l'aérosolthérapie, c'est de déposer dans les voies ORL ou respiratoires de fines particules de produits médicamenteux. Les médicaments liquides sont transformés en une brume constituée de microgouttelettes qui seront inhalées en profondeur. De cette manière, les principes actifs atteignent directement leur cible respiratoire, sans passer par le sang. Le plus généralement. la brume sera administrée via un masque (ou via un embout buccal). " existe des masques pour adultes et d'autres plus petits pour les enfants. Ce traitement est fort efficace notamment chez les bébés, les petits enfants et les personnes âgées, mais pour cela, il est très important d'utiliser du matériel de qualité. L'aérosol doit être suffisamment puissant, il doit produire
un débit constant et continu pendant une période de 20 à 40 minutes suivant les cas. Le masque doit assurer la dispersion du produit et sa nébulisation dans les voies ORL.

Performance


C'est pourquoi les pharmacies Dynaphar disposent d'un service de location d'aérosols performants. Les appareils sont régulièrement contrôlés et garantissent une efficacité maximale durant le traitement. De plus, les masques ont été choisis pour leurs performances de nébulisation.
Pour une efficacité complète du traitement, il convient de respecter quelques règles de base qui permettent de bien utiliser l'appareil.
  • Travaillez dans un environnement propre (évitez la poussière, les fumées ou les vapeurs) et lavez-vous les mains.
  • Ne préparez pas la solution à l'avance. 
  • Respectez toujours la prescription médicale en mélangeant les différents produits. 
  • L'appareil doit être placé horizontalement. 
  • Après chaque utilisation, un rinçage

  • Faites fonctionner l'aérosol avec un peu d'eau claire pour éliminer les restes du médicament.
  • Lavez également le masque


A la fin du traitement. ramenez l'aérosol, bien propre et dans son emballage, à votre pharmacien. Celui-ci le vérifiera. L'appareil sera immédiatement contrôlé et désinfecté.
Par contre, gardez le masque qui est d'usage personnel et ne se prête pas d'une personne à l'autre .


Définition

L'aérosolthérapie, c'est la projection dans les voies respiratoires d'une brume ou d'un microbrouillard de substances volatiles qui peut être médicamenteux.

Le matériel que vous devez avoir avant de commencer

  • Nébuliseur (ou oérosol) disponible en location dans les pharmacies
  • Masque (achat) 
  • Solution médicamenteuse (sur prescription médicale) ou sérum physiologique 
  • Mouchoirs en papier 
  • Sac pour les déchets 
  • Gel désinfectant pour les mains

Quels sont les objectifs d'un traitement par aérosol?

  • Fluidifier les sécrétions contenues dans les bronches et retrouver ainsi une respiration normale
  • Humidifier les voies respiratoires 
  • Dilater les bronches


Un site développé par Easy-ConceptUn site développé par easy-Concept login