Ma pharmacie Dynaphar

Recherchez votre pharmacie (Nom, Pharmacien, Ville, Code postal)

Newsletter

Inscrivez-vous

A intervalle régulier, Dynaphar vous fera parvenir des informations intéressantes. Voici un exemple de newsletter...

En savoir +

Magazines Dynaphar


 


 

Attention aux bébés, la saison du Virus Respiratoire Syncytial approche


[22-09-2014]

Les futurs ou jeunes parents et leurs nouveau-nés doivent se montrer vigilants car la saison du Virus Respiratoire Syncytial (VRS) est bientôt de retour dans notre pays. Chaque année, celui-ci est à l’origine d’une épidémie mondiale d’infections respiratoires durant les mois d’automne et d’hiver.

Parmi ces infections, on retrouve le plus fréquemment la bronchiolite qui peut entraîner de sérieuses complications avec des conséquences permanentes chez les bébés prématurés et plus fragiles. Une prévention en temps voulu et l’immunité passive demeurent les seules options pour protéger ces petits.

Chaque année, environ 6.000 nourrissons souffrent de bronchiolite en Belgique. Cette infection virale aiguë des voies respiratoires est la première cause d’hospitalisation des bébés, avec une prise en charge moyenne allant de 4 à 10 jours. La haute saison de la bronchiolite et du VRS, qui est hautement contagieux, s’étend de début octobre à fin mars.

À ce jour, il n’existe aucun traitement curatif contre cette maladie et, par conséquent, 99% des enfants ont déjà contracté au moins une infection causée par ce virus à l’âge de deux ans. Pour la plupart des nourrissons en bonne santé nés à terme, une telle infection n’a pas d’incidence majeure. Les bébés affaiblis souffrant d’une maladie chronique, et surtout les bébés prématurés dont les voies respiratoires et le système immunitaire ne sont pas encore suffisamment développés, se situent, quant à eux, dans une zone de danger. La bronchiolite peut entraîner chez ces nouveau-nés à risque de sérieuses difficultés respiratoires, des affections chroniques des voies respiratoires et, dans certains cas extrêmes, leur coûter la vie. À un âge plus avancé, ils seront par ailleurs davantage susceptibles de développer de l’asthme ou des sifflements respiratoires persistants.

Informer chaque année les nouveaux parents et les sensibiliser aux mesures préventives est indispensable pour limiter au maximum les risques liés au VRS.

La seule stratégie à adopter afin d’essayer de limiter cette infection virale aiguë est, d’une part, le respect de simples précautions d’hygiène: toujours bien se laver les mains, désinfecter régulièrement les jouets, éviter de côtoyer les personnes enrhumées, etc. D’autre part, il est possible de recourir à ce qu’on appelle « l’immunité passive » qui consiste à administrer directement au bébé en question les anticorps manquants par voie intramusculaire.

Ces substances sont normalement transmises de la mère à l’enfant en fi n de grossesse, ce qui explique pourquoi elles font principalement défaut chez les bébés prématurés lors des premiers mois de leur vie.

Grâce à des injections mensuelles durant toute la durée de la saison du VRS, la condition physique de l’enfant reste plus stable et il peut ainsi mieux combattre la maladie. Il est préférable que les parents d’enfants prématurés ou atteints d’affections cardiaques ou pulmonaires sous-jacentes consultent leur pédiatre ou néonatologue pour plus d’informations et de conseils afin de contrôler si leur enfant court un risque élevé de développer une bronchiolite à VRS et si l’injection préventive d’anticorps est dans ce cas préconisée.

Source : APB Nouvelles Brèves n°15 9/2014
Un site développé par Easy-ConceptUn site développé par easy-Concept login